Le cas Dieudonné

Les interlocuteurs de l'AMER nous demandent souvent pourquoi nous ne prenons pas position contre les nombreuses provocations de l'humoriste Dieudonné.

La première raison est que nous craignons que l'hostilité que ce personnage reçoit des médias et même de ses propres confrères cache une effroyable imposture visant à faire croire au public qu'il existe un bon et un mauvais rire.

Alors que l'idée que l'humour est un fléau en soi fait son chemin dans l'opinion depuis quelques années, notamment grâce aux actions de l'AMER, il n'est pas étonnant que le lobby comique soit de plus en plus enclin à dénoncer de prétendus excès au sein même de ses membres. Il s'agit en effet de la seule stratégie qu'il ait trouvé pour enrayer son inexorable déclin. En pointant les abus, la mafia de l'humour souhaiterait maintenir l'idée qu'il resterait acceptable de rire dans certaines limites, ce que nous réfutons énergiquement.

La seconde raison de notre silence est que nous ne souhaitons pas servir de caution aux nombreux élus locaux qui ont tenté ou tentent d'interdire les spectacles de Dieudonné. Outre le clin d'oeil démagogique qui nous est adressé et dont nos adhérents ne sont pas dupes, nous savons que cette attitude est avant tout destinée à cacher le manque de compétences et de volonté dont ils font preuve pour gérer l'invasion de l'humour sur leur territoire qui pose de vrais problèmes de salubrité publique à leurs administrés.

Enfin, bien que nous désapprouvions la carrière d'humoriste qu'a initialement choisie Dieudonné, nous avons constaté que ce dernier fait jour après jour des efforts pour abandonner son vice et retrouver les valeurs saines du premier degré. Pour s'en apercevoir, il suffit d'observer l'évolution de ses sketches qui ressemblent de plus en plus à des règlements de compte ou à des meetings politiques qu'à des shows humoristiques.

Notons par ailleurs que celui-ci a prouvé qu'il pouvait lui-même être totalement dénué d'humour en portant plainte contre le producteur Pascal Bernheim qui l'avait ironiquement qualifié de "nègre" au cours d'une émission de télévision suisse. Un signe très positif, puisque refuser la réciprocité de l'humour est un premier pas vers la désintoxication.

Nous sommes persuadés que s'il continue sur cette bonne voie, Dieudonné aura bientôt complètement abandonné sa carrière d'humoriste pour se consacrer pleinement à celle d'homme politique qui semble l'épanouir bien davantage. Ce revirement total d'un pilier de l'humour vers son antithèse sera pour nous une fantastique nouvelle.